Joker

 » Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société. »
(Source : Allociné)

Qu’on se le dise franchement, je vais vous parler de ce film sans jamais aborder la dimension psychologique, tout simplement parce qu’à ce jour je ne sais toujours pas où me situer entre “wow j’aime trop comment ils ont traité les troubles psy” et “heuuuu sérieux, pourquoi encore caricaturer à outrance les troubles psy”. Je vous rassure, je n’ai pas besoin de vos avis, je vais me débrouiller pour dépatouiller ça dans mon esprit mais au moins vous le savez, ici on en parlera pas. je vais essayer de ne pas spoiler, je dis bien essayer parce que ce film est tellement fat que ça va être dur je vous le dit.

Lire la suite « Joker » Rendez-vous sur Hellocoton !

Devant la caméra: La malédiction poltergeist

« Steve et Diane Freeling ont tout pour être heureux : une belle maison dans un paisible quartier résidentiel et de charmants enfants. Un soir, Steve s’endort devant la télévision. Sa fille Carol Anne est mystérieusement attirée par le poste, qui ne diffuse pourtant plus rien. Plus tard, la maison est agitée par un surprenant tremblement de terre qui semble épargner ses voisines. Enfin, un arbre s’effondre sur Robbie, le fils, tandis que Carol Anne disparaît, comme happée par une tornade. La maison est sens dessus dessous. Les parents, affolés, découvrent que la fillette communique avec eux par l’entremise du poste de télévision. Ils font appel à une équipe de para-psychologues… »
(source : TCM Cinéma)

Lire la suite « Devant la caméra: La malédiction poltergeist » Rendez-vous sur Hellocoton !

Anna Karenine

« Russie, 1874, la belle et ardente Anna Karénine jouit de tout ce à quoi ses contemporains aspirent : mariée à Karénine, un haut fonctionnaire du gouvernement à qui elle a donné un fils, elle a atteint un éminent statut social à Saint-Pétersbourg. À la réception d’une lettre de son incorrigible séducteur de frère Oblonski, la suppliant de venir l’aider à sauver son mariage avec Dolly, elle se rend à Moscou. Au cours de son voyage, elle rencontre la comtesse Vronski que son fils, un charmant officier de la cavalerie, vient accueillir à la gare. Quelques brefs échanges suffisent pour éveiller en Anna et Vronski une attirance mutuelle. Oblonski reçoit également la visite de son meilleur ami Levine, un propriétaire terrien sensible et idéaliste. Épris de la sœur cadette de Dolly, Kitty, il la demande gauchement en mariage, mais Kitty n’a d’yeux que pour Vronski. Dévasté, Levine se retire à Pokrovskoïe et se consacre entièrement à la culture de ses terres. Mais le cœur de Kitty est lui aussi brisé quand elle prend conscience, lors d’un grand bal, de l’infatuation réciproque d’Anna et Vronski. Anna, désorientée, rentre à Saint-Pétersbourg, mais Vronski l’y suit. Elle s’évertue à reprendre sa calme vie de famille mais son obsession pour le jeune officier ne cesse de la tourmenter. Elle s’abandonne alors à une relation adultère qui scandalise toute l’aristocratie locale. Le statut et la respectabilité de Karénine sont mis en péril, le poussant à lancer un ultimatum à sa femme. Dans sa recherche éperdue de bonheur, Anna révèle au grand jour l’hypocrisie d’une société obsédée par le paraître. Incapable de renoncer à sa passion, elle fait le choix du cœur. »
(Source : Allociné)

Lire la suite « Anna Karenine » Rendez-vous sur Hellocoton !

Le grand bain

Bertrand, la quarantaine, dépressif, retrouve un sens à sa vie en rejoignant une équipe de natation synchronisée masculine.
Pour chacun des membres, les entraînements sont une soupape et un refuge.
Ensemble ils se sentent plus forts, et ils vont se lancer dans un pari fou : participer au Championnat Du Monde de natation synchronisée masculine. Alors oui, c’est une idée à la con, mais elle les fera renouer avec l’envie de vivre…
(Source : Allociné)

Lire la suite « Le grand bain » Rendez-vous sur Hellocoton !

Coup de foudre à Bollywood

« Mme Bakshi n’a qu’une seule idée en tête : marier les aînées de ses quatre filles – Jaya et Lalita. Mais pas n’importe comment ! Comme toute bonne mère, Mme Bakshi est exigeante : son futur gendre se doit d’être indien et surtout… riche. Mr. Balraj, leur nouveau voisin fraîchement revenu de Londres, ferait à ce titre un prétendant parfait pour Jaya, l’aînée. Sa soeur Lalita, quant à elle, tient tête à sa mère : elle ne se mariera que par amour. Lors d’une des nombreuses fêtes extravagantes offertes par les Bakshi et leur voisin, Lalita rencontre Darcy, le meilleur ami de Balraj. Il a tout pour plaire ou presque… Ce bel hôtelier n’a que deux défauts : il est américain et fiancé. Si Darcy tombe immédiatement sous le charme de la belle Lalita, les sentiments de celle-ci sont plus mitigés… »
(Source: seriebox)

Lire la suite « Coup de foudre à Bollywood » Rendez-vous sur Hellocoton !

My skinny sister

« Stella, 12 ans, rondelette et pas très sportive, voudrait ressembler à sa grande soeur Katja que tout le monde admire. Mais celle-ci cache un secret que Stella va découvrir et qui va bouleverser leur complicité. »
(Source: Allociné)

Lire la suite « My skinny sister » Rendez-vous sur Hellocoton !

Princess Bride

Je m’appelle Inigo Montoya, tu as tué mon père, prépare toi à mourir

« Que peut bien faire un petit garçon cloué au lit par la grippe, condamné à écouter les conseils des grands et même de subir un grand-père rabat-joie, au lieu d’aller faire les quatre cents coups avec ses copains ? Et voilà en plus que le papay se met en tête de lire à haute voix un conte de fée aux antipodes de Superman et de Rambo ! Au Moyen-Age, dans le pays imaginaire de Florin, la belle Bouton d’Or se languit après le départ de son bien-aimé Westley, parti chercher fortune et qu’elle croit mort. Cinq ans plus tard, elle accepte d’épouser le prince Humperdinck pour qui elle n’éprouve aucun amour. Mais peu avant son mariage, elle est enlevée par trois bandits et entraînée dans une aventure mouvementée au cours de laquelle elle retrouvera sa raison de vivre… »
(Source: Seriebox)

Lire la suite « Princess Bride » Rendez-vous sur Hellocoton !

L’île aux chiens

« En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville. »
(source: Seriebox)

Lire la suite « L’île aux chiens » Rendez-vous sur Hellocoton !

Bliss

« Par tous les moyens, Bliss Cavendar veut échapper à sa petite ville perdue du Texas et à sa mère qui est convaincue que sa seule chance de réussir dans la vie est de gagner les concours de beauté locaux. Bliss rêve d’autre chose…Lorsqu’elle se rend en cachette dans la grande ville d’Austin avec sa meilleure amie Pash, Bliss découvre un univers qu’elle n’aurait jamais imaginé : le roller derby. Associant girl power et punk-rock, cette discipline permet à chaque fille de laisser libre cours à sa personnalité… »
(Source: Seriebox)

Voilà un film qu’on m’a souvent conseillé et que jusqu’à présent je n’avais jamais prit la peine de regarder. J’aime beaucoup Ellen Page, j’adore son style et je trouve qu’elle est une actrice plutôt convaincante. Bon après je n’ai pas vu tout ses films et même loin de là, je crois en avoir vu 5-6 pas plus mais hé quand même (et puis elle était cool dans “umbrella academy”)

J’ai adoré la scène d’ouverture du film. J’adore quand on met en parallèle deux situations, soit très senblable sans forcément être dans le même registre, soit diamétralement opposée, je trouve que ça donne directement un super rythme et ça plonge tout de suite dans le bain, on sait qu’on entre ans une intrigue ou un personnage va tenter de sortir de son milieu d’appartenance pour aller vers sont milieu de référence. Ici,on a complétement un contre-pied entre l’univers que la mère de Bliss privilégie pour ses filles, et ce que Bliss souhaite réellement et ses actes. On la voit se battre avec une teinture bleue pendant qu’on l’attend a un concours de beauté pour fille tout à fait normale, bien sous tout rapport et incroyablement uniforme les unes aux autres et quand enfin elle arrive à ce concours, ses cheveux bleus toujours bien présent, on voit qu’elle chamboule l’ordre établi et c’est l’annonce même de l’histoire totale, et en même temps du conflit principal. En une scène, on a toute la problématique du film, il reste plus qu’à la développer par la suite pour savoir où ça va pêcher, où ça va bloquer et le dénouement. C’est une exposition efficace et une introduction qu’on devrait voir dans plus de film je trouve. Il n’y a rien de pire que de commencer un film et une fois l’intro passée, se demander exactement où on va.

Néanmoins, tout le peps et toute la dynamique installée par l’intro ne vont pas faire long feu. Tout va retomber comme un soufflet et le rythme va trop vite ralentir pour finalement donner des longueurs incroyable et un sentiment de difficulté à développer le propos. Je trouve ça dommage que l’élan du film soit cassé comme ça, parce qu’au final on était super bien parti je trouve. Mais qu’on se rassure tout reprend très vite un rythme de cheval au galop, parfois même un peu trop au galop car on a du mal à suivre. Je prend par exemple la présentation des personnages de l’équipe de Roller Derby, j’ai, encore, à ce jour, du mal à différencier tous les personnages. Jusqu’à la fin du film j’étais persuadée que la méchante faisait partie de la même équipe que Bliss alors qu’en fait j’ai confondu deux personnages ensemble.

J’attendais de ce film une énorme dose d’humour, en vrai je pensais même que le côté un peu déjantée de Drew Barrymore allait exploser et donner un énorme film plein de scène drôle et de blagues, peut être pas des trucs qui font rire en boucle à s’en donner mal le bide mais un film qui arrive à se hisser à la place de comédie mais en fait tout retombe un peu à plat, les scènes ou les éléments qui sont censé être drôle n’arrive pas à percer et ça gâche un peu l’humour du film. Il est ressort un film avec un scénario plutôt cool mais des dialogues et une mise en scène un tout petit peu plan-plan. C’est amusant mais sans plus et je trouve ça vraiment dommage, moi de ce qu’on m’en avait dit c’est que c’était énorme comme film et que je serais pas déçue. Mais au final j’ai juste vu un film sur une ado qui n’était pas à sa place dans l’univers que sa mère lui avait destiné.

Là où j’en attendais beaucoup également c’était pour les phases de Roller Derby. Je veux dire, c’est le thème principal du film, c’est le but et même carrément le moteur du film, alors pourquoi nom d’un chien on voit si peur de Roller Derby et le peu qu’on en voit ce soit accéléré, brouillon, pas mis en valeur ? C’est comme faire un film sur le foot et passer la totalité du film à n’en montrer que des petits bouts, rapide, pas mis en valeur et surtout passer très rapidement à autre chose. C’est dommage et puis j’avais envie de voir du Roller Derby, c’est si rare d’en entendre parler de cette discipline, je sais qu’il existe plein d’autre film sur le sujet mais j’avais envie que CE film en parle parce que c’est ce qui était vendu dans le résumé.

Tous les éléments du film sont quand même difficile à lier entre eux, c’est un peu le revers de la médaille quand on a un rythme très soutenu malheureusement. Mais il n’y avait même pas d’effort de fait pour que tout communique et coïncide. Alors oui je sais, toute l’intrigue n’est pas mélangé mais faut quand même avouer qu’à certains moments ça n’a pas de sens ou alors il manque des bouts. Par exemple, ok Bliss et sa copine se font remplacer par un collègue mais comment un mec peut remplacer deux personnes dans un resto qui a quand même l’air de bien marcher. Bliss dit qu’elle prend des cours particulier pour pouvoir aller au roller derby mais à aucun moment ses parents se sont dit “hey c’est marrant chéri, c’est toi qui paye pour les cours de Bliss ? Non ? ah ok bah je comprends pas”. Elle bosse ok mais vu que c’est une famille moyenne, je crois que son salaire aide à soutenir ses parents, pas juste d’argent de poche.

Heureusement pour le film, le final relève tout. Le dernier match de Roller Derby est incroyable et là on a vraiment la bonne thématique de film, et surtout on a le divertissement qu’on avait envie de voir en regardant ce film. Là on a un pointe d’humour bienvenue mais on a surtout tout le véritable côté sportif, sans trop de coupure, sans accélération, et bordel que c’était bien…mais pour seulement on va dire 15-20 min de film c’est dommage. Mais bon “Bliss” c’était quand même un super film, pas forcément un film que j’ai envie de revoir mais au moins je me suis pas ennuyée comme un rat mort devant, c’était sympa et ça valait le coup de le voir. On est loin du portrait que tout le monde dépeint de ce film, on est loin du côté “hey c’est une comédie avec des meufs qui se rentrent dedans en roller” mais ça reste une bonne comédie, et ça reste aussi un bon moyen de se questionner sur “est-ce que la voie que je suis me convient parce que je l’ai choisi ou alors elle me convient parce qu’on l’a choisi pour moi et que je m’y suis habituée”. Pour faire partie des personnes qui ne font pas ce qu’on attend d’elle, je peux vous jurer que ce film sonne juste.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Hors du temps

Clare aime Henry depuis toujours. Elle est convaincue qu’ils sont destinés l’un à l’autre, même si elle ne sait jamais quand ils seront séparés… Henry est en effet un voyageur du temps. Il souffre d’une anomalie génétique très rare qui l’oblige à vivre selon un déroulement du temps différent : il va et vient à travers les années sans le moindre contrôle sur ce phénomène. Même si les voyages d’Henry les séparent sans prévenir, même s’ils ignorent lorsqu’ils se retrouveront, Clare tente désespérément de faire sa vie avec celui qu’elle aime par-dessus tout…
(Source: Allociné)

J’aime les comédies romantiques, les drame romantique, les romances romantique (bon ok ça existe pas)…J’aime beaucoup ce style de film. Même s’ils sont niais, culcul, cliché, j’adore ça. C’est pas réaliste ? Et alors, on toujours besoin de voir la réalité dans les films ? Si vous répondez oui, alors j’espère que vous ne regardez si SF, si film fantastique. Bon il y a quelques choses que j’aimerais voir dans les films romantique, comme par exemple des vraies représentation lgbt, je ne vois pas pourquoi dans ce genre de film c’est toujours des couples cis. Mais bon je m’égare fortement c’est certains. Ce film, je dois le voir depuis qu’il est sorti, j’avais vu la bande annonce une paire de fois puis j’ai oublié le titre donc j’ai pas pu le regarder mais en tout cas c’était une longue, très très longue épopée de voir ce film là mais en tout cas je ne suis pas déçue.

Le début du film est à ce jour quelques choses que je comprends le moins. Alors oui ça nous met dans le bain, mais en même temps ça nous aide pas. Je pensais au début que le début servait réellement que d’introduction pour qu’on comprenne que Henry pouvait voyager dans le temps et surtout qu’il perdait ses fringues en route. Mais malheureusement on ne sait pas pourquoi il perd ses vêtements, ni pourquoi il voyage dans le temps. Le début laisse planer un mystère et à la fois c’est très très cool et à la fois je me suis sentie tellement perdue. Et quand les scènes s’enchaine on voit bien qu’on est pas les seuls à être paumé, Henry et Claire ne savent pas trop ce qu’il se passe chacun leurs tour. Henry ne reconnaît pas Claire qui est devenue une jeune femme car au moment de leurs retrouvaille, il ne l’a pas encore recroisé, il est perdu et il ne sait pas vraiment s’il a à faire à la petite Claire qu’il avait rencontré ou pas. Et Claire est perdue à chacune de leurs rencontre quand elle était plus jeune. Nous les spectateurs on est presque autant paumé qu’eux,voire même plus parce qu’on apprend le passé des deux héros au fur et à mesure.

On voyage dans l’histoire au film des voyages de Henry, ça se débloque tout doucement en nous donnant des clés sur le passé et parfois on nous donne même des petites pistes sur l’avenir de l’histoire. Cette fenêtre vers l’avenir ne gâche en rien la vision qu’on a du film, je trouve même que finalement ça nous donne des repères à atteindre. Le film n’a pas de longueur, on peut pas dire qu’il est lent et qu’on veut passer des parties, mais ces brides d’avenir dévoilée par Henry et ses voyages, ça donne un coup de fouets à l’histoire et on a l’impression que ça avances plus vite. C’est comme rentrer du boulot à pied, avoir un long bout de chemin en ligne droite mais se donner des objectifs comme “ok si j’arrive à ce lampadaire, j’aurais encore moins de chemin”. Même si du coup on perd une part de mystère, on en récupère une autre car on se demande forcément “qu”est-ce que les personnages ont fait pour en arriver là ?”

J’aime beaucoup le parti prit de l’histoire par rapport aux voyages dans le temps. On nous apprend dès le départ on ne peut rien changer dans le passé. Que ce qui est fait est fait et que peu importe si on arrive à retourner dans le passé on ne pourra pas faire en sorte de sauver un proche ou empêcher quelques chose de ce passer. Alors oui ça va briser une partie de l’histoire et des attentes mais néanmoins je trouve que c’est assez rafraichissant. On sait de base qu’il n’y aura pas de plot twist en mode “ah mais oui normal on voyage dans le temps”. Le film m’a beaucoup fait penser à “Il était temps” sur le principe. Le héros est un time traveler mais son SO non et subit un peu plus ce don. La différence entre “Il était temps” et “Hors du temps” c’est que le dans le premier, le héros voyage, peut modifier des choses, il va d’ailleurs souvent s’en servir afin de rattraper ses erreurs ou créer les opportunités qu’il veut. Mais là dans ce film les voyages ne sont pas voulu et ne sont pas linéaire. Henry voyage n’importe quand, dans le passé, dans l’avenir, parfois plusieurs jours, parfois très peu de temps. Et dans “Il était temps” Tim voyage quand il veut, uniquement dans le passé il me semble, et il ne revient jamais vraiment dans sa réalité puisqu’il va changer la réalité pour avoir la vie qu’il souhaite avec les événements qu’il souhaite.

En tout cas, ce film est vraiment sympathique, j’ai adoré les petites pointes d’humour dans beaucoup de scène. C’est pas un humour destiné à vous faire hurler de rire, mais plutôt à vous faire sourire et vous faire attacher encore plus aux personnages. Et je trouve que c’est plutôt bien réussi. On ne peut que s’attacher à Claire et Henry. Claire est émouvante, c’est avant tout par elle qui supporte souvent mal le pouvoir de Henry, qui se sent seule. Et pourtant, quand elle se sent triste ou quand la situation est triste, elle ne tire pas la larme à l’oeil, elle ne fait pas larmoyer à outrance. Et Henry est la part plus d’humour, sans forcément être hilarant, il essaye souvent de dédramatiser la situation par l’humour. Ce n’est pas un humour lourd mais dans son humour on sent surtout qu’il tient à Claire et qu’il veut qu’elle se sente bien donc il va essayer de la faire rire et/ou sourire par tous les moyens.

Si vous êtes fan de romance, vous allez apprécier ce film. Sans être niais ou culcul, il arrive à faire passer tous les sentiments. J’aurais aimé plus d’approfondissement de certains points mais plus ça vient, et plus je le dis dans les articles, plus je me demande si j’en attend pas trop des intrigues et à fortiori des intrigues de films comme ceux-ci. Les personnages sont bien “dessiné” on va dire, chacun sa personnalité mais en même temps je trouve que leurs caractères ne ressemble pas non plus au cliché des personnages de ce genre de film. Sans être un film ultra rafraîchissant et innovant, je l’ai trouvé bien sympathique à regarder. Je vous le conseil fortement, surtout en cette période de l’année, c’est un drame romantique certe, mais toute la partie romantique du film fait du bien et est touchante.

Rendez-vous sur Hellocoton !