Jour 16: « Aviator »

« À la fin des années 1920, Howard Hughes, jeune héritier d’une famille du Sud possédant de nombreux puits de pétrole, investit une somme considérable dans la production de «Hell’s Angels», un film retraçant les exploits d’aviateurs pendant la Première Guerre mondiale. Au cours d’un tournage qui va s’étaler sur trois ans, le producteur-réalisateur rencontre deux de ses fidèles collaborateurs : Noah Dietrich, chargé de s’occuper des finances de l’entreprise, et le professeur Fitz, qui devient son conseiller scientifique. Ce tournage avive également l’intérêt de Howard pour l’aéronautique, l’amenant à concevoir et à tester de nouveaux modèles d’avions rapides. Peu de temps après la sortie en fanfare de «Hell’s Angels», Howard fait la connaissance de la comédienne Katharine Hepburn, dont il tombe amoureux…« 

(Source: Seriebox)

Je ne sais plus si je l’ai déjà dit dans une autre chroniquemais je ne suis pas fan à la base des biopics et des films biographiques. Maiscertains arrivent à me fasciner et c’est le cas d’Aviator que j’avais vu unepremière fois dans ma jeunesse, je n’avais pas compris à l’époque que c’étaitun film biographique et j’avais juste totalement apprécié l’ambiance du film,les décors, mais également l’histoire. Ce n’est que quelques années plus tardquand j’ai vu sur M6 un téléfilm parlant de la vie d’Audrey Hepburn que j’aicompris que les personnes de ce film avaient réellement existée et quel’histoire racontée dans ce film était celle d’Howard Hughes.

Ce que j’apprécie le plus dans ce film c’est que tout des époques concernées est concerné, que ce soit les mœurs, les histoires, les repères, il n’y a aucun anachronisme. Les ellipses son maitrisées et rendent bien, de plus, le film dure 3h et si on avait dû aborder chaque année ellipsées au complet je pense que nous aurions pu passer les 12h de film. Non sans rire, les ellipses donne un bon effet surtout elles permettent, dans ce film du moins, de donner une bonne impression du temps qui passent et des années qui défile. De plus, je dirais même que les sauts dans le temps permettent de mieux se rendre compte de l’état mental d’Howard Hughes.

La beauté de ce film passe surtout par les décors et leslieux que l’ont peut voir tout au long du film. J’ai été subjuguée par lesplans que l’on voit de nuit dans l’avion d’Howard Hughes. La ville semble toutepetite, il semble géant au-dessus de tout cela. Mais ce n’est pas le seul moment où il semble plus grand, plus imposantque le reste. Lorsqu’il va à la première de son film, au début les photographesle « dominent » un peu mais je pense que cela est plus fait pouraccentuer sa surdité puis une fois cela passé, on sent qu’il les domine toutcomme pour rappeler au spectateur qu’il est le héros de ce film et c’estuniquement de sa vie que l’on parle à cet instant précis.

Mais plus tard dans le film, Léonardo Dicaprio se retrouve encore une fois de plus petit que son environnement. A chaque fois qu’il se retrouve confronté à sa phobie ou à ses vices, étrangement tout son environnement devient « grand » « aéré » comme pour le laisser seul au centre de grand espace ou lui donner la place de détails dans ce genre de scène et accentuer peut-être l’attention que l’on peut avoir sur ce personnage. Prenons par exemple une des premières scènes où on le voit dans les toilettes (oui je sais choisir les scènes idéales) et il s’astique les mains par peur des germes et là, tous les toilettes sont vides, vastes, grand et lui il est seul au milieu de cet espace et on le remarque, on y fait attention même s’il semble tout petit au milieu de tout cela.

Ce film est extraordinairement long et de ce fait je dirais que c’est bien plus compliqué de remarquer des détails, des scènes, des jeux de couleur de lumière et donc je dirais juste que ce film est magnifique presque magique. Je ne sais pas si Howard Hughes était une bonne personne, ou si toute l’histoire racontée par ce film était belle et bien vrai, mais ce film est selon moi un chef d’œuvre à voir si la vie de Howard Hughes vous intéresse.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *