Jour 19: Trilogie du rideau rouge de Baz Luhrmann

« Un film sur l’univers des danses de salons, une reproduction actuelle de Roméo et Juliette ou encore une romance du temps des revenue du moulin rouge, Baz Luhrmann nous fait voyer dans un univers plus proche du théâtre que du cinéma, dans des décors magnifique, dans des histoires fantastiques« 

Oui voici la seconde trilogie qui sera dans ce calendrier de l’avent. Alors oui là pour le coup aucun de ses films n’a de lien au niveau de l’histoire mais au niveau de la réalisation ils font parti de ce que l’on appelle la trilogie Rideau rouge de Baz Luhrmann. Il faut savoir que « Ballroom dancing » et « Moulin rouge » font partie de mes films préféré, j’adore l’histoire et la façon dont s’est exécuté.

Bref du coup je disais « oui c’est une trilogie de laréalisation » mais qu’est-ce que je voulais dire par là ? BazLuhrmann a voulu réaliser ses films avec un visuel et une ambiance totalementthéâtrale. Cela passe tout d’abord par une sorte de chapitrage. Sans êtreénoncé clairement comme dans un film de Wes Anderson, là on a des strates dansle film qui permettent de lire et organiser le film de manière logique. Jepense notamment à « Ballroom dancing » quand on voit les titres dejournaux qui viennent comme découper le film mais également les« interview » des parents et proches.  C’est exactement pareil dans « Roméo +Juliette » avec les titres de journaux qui viennent ponctuer un ensemblede scène ou introduire un autre ensemble. Cette façon de chapitrer voire dethéâtraliser les trois films donc plus de dimension et permet de plus soufflerpendant les temps fort de l’histoire. On ne voit pas passer les deux heures de film.

Ballroom Dancing – 1992

La façon dont les films sont tournés permettent de donnerplus de vie mais également plus d’ampleur à des scénarios qui ne sont pas toujoursextraordinaire. Et le côté sur-théâtraliser donne une nouvelle expérience ducinéma je trouve. Quand on regarde « moulin rouge » on a directementl’impression d’être plongé dans le monde de Satine et les passages chanté/danséfont souffler un peu avant de reprendre un nouveau chapitre intense où lespersonnages bouge, s’approprie la scène, les décors, se déplace sans pourautant sortir du cadre durant leurs dialogues comme s’ils étaient directementface à des spectateurs en chair et en os. Mais on peut remarquer également dans« ballroom dancing » des apartés, je pense donc notamment comme jel’ai dis aux passages où les gens font des« témoignage »/ « interview » mais également danscertains regard durant cette scène, je pense surtout ici au papa de Scott quiinteragie beaucoup avec les spectateurs. Dans « Roméo + Juliette » ona également les titres des journaux qui viennent un peu chapitrer tout le filmet donc faire des micro pause dans l’histoire (et alléger un peu parce queRoméo et Juliette c’est un peu fat comme histoire), sans faire souffler pendant 5 min, ces « titres » apportent juste des moments de découpage quidonne de l’élan à l’histoire.

Roméo + Juliette – 1996

« Moulin rouge » est le plus récent et jetrouve que cela se ressent beaucoup dans sa réalisation. Cette dernière nes’éloigne pas du tout du principe de la trilogie rideau rouge, mais on sent quela technique a évolué (je parle de la réalisation, je sais que les musiques necolle pas à l’époque présentée mais ça je pense que c’est surtout une bonneidée pour dynamiser l’histoire qui aurait pu vite trainer en longueur avec desbandes sonores de style d’époque). Je le trouve également beaucoup« chapitré » que les deux précédents films. Alors qu’on avait souventles titres de journaux ou les noms de lieux, dans moulin rouge on a surtout unnarrateur « permanent » qui va nous diriger pendant l’histoire(oralement mais aussi quand on le voit écrire sur sa machine). Dans la façon dejouer également on retrouve le côté théâtral mais il est bien plus atténué quedans « ballroom dancing » ou « roméo + juliette ». Celapermet de découvrir une autre dimension de la théâtralité finalement. De même,un peu comme pour souligner l’appartenance de « Moulin rouge » à latrilogie, le film s’ouvre sur un rideau rouge qui s’écarte de l’écran.

Moulin Rouge – 2001

Ce sont trois films que j’aime beaucoup. J’ai eu très envie de voir moulin rouge à sa sortie, je suis tombée amoureuse de Ballroom dès que je l’ai vu en mai 2009 sur Arte. « Roméo + Juliette » ce fut bien plus compliqué mais une fois qu’on a gouté une première fois au charme de la trilogie rideau rouge, je peux vous jurer que c’est compliqué de s’en défaire. Ce sont des films à voir au moins une fois ne serait-ce que pour comprendre les intentions de Baz Luhrmann dans cette trilogie de style. J’ai essayé de traiter ces trois films le mieux possible, c’est assez complexe quand on sait qu’il n’y a rien en commun entre eux. Si mon article n’est pas fluide ou incompréhensible (parce que bon moi je me comprends mais vous comprendrez peut être pas) n’hésitez pas à me le dire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *