Jour 5: « Sunshine cleaning »

 

« Rose Lorkowski était la « star » du lycée, la pom-pom girl qui sortait avec le capitaine de l’équipe de football américain. Elle est aujourd’hui une mère célibataire trentenaire et gagne sa vie en faisant des ménages. Sa sœur Nora habite toujours chez leur père Joe, un businessman raté qui a toujours misé sur des produits qui auraient normalement dû le rendre riche rapidement… Parce qu’elle doit trouver l’argent nécessaire pour envoyer son fils dans une école privée, Rose persuade sa sœur de monter avec elle une entreprise de nettoyage de scènes de crimes. Elles se retrouvent alors confrontées à toutes sortes de situations spéciales… »

(source: seriebox)

 

 

J’avais découvert ce film lors de sa sortie et j’avais surtout été attirée par le fait que ce film soit réalisé par la même équipe que « Little miss sunshine ». En plus, le fait que l’on soit plongé dans le monde du nettoyage de scène de crime ce n’est pas commun et c’est rafraichissant finalement.

 

On est donc plongé dans une comédie sentimentale qui, par rapport à « little miss sunshine », est un peu plus sérieuse. Dès le départ on a un beau parallèle entre les deux sœurs. Alors que Rose est au boulot, enviant les jeunes qui font la fête et ne se soucie de rien et pour lesquels elle travail, Norah feignasse au lit alors qu’elle doit travailler, rêvasse durant son emploi, fini par se faire licencier. Ce parallèle est d’autant plus intéressant que finalement on voit un léger inversement sur la fin du film, Norah va travailler alors que Rose préfère aller à une Baby Shower. Je dirais que ce parallèle aide mieux à cerner les deux sœurs finalement, et sans tomber dans le cliché des deux sœurs orphelines de mère avec l’ainée qui supporte tout et la cadette totalement désinvolte. Alors oui on a un peu ce schéma, mais finalement il change progressivement.

 

Ce que j’apprécie particulièrement aussi, c’est que le rendu des scènes de crimes n’est pas trop gore, trop sanglant. Le but n’est pas d’écœurer ou de dégoutter, voire de même de choquer. Ces traces de sangs ou fluides en tout genre sont juste là pour donner un contexte à l’histoire. Je n’irais pas jusqu’à dire que ce film est tout public mais on sent bine que le but premier n’était pas d’écoeurer la moitié des gens se rendant en salle pour le voir et par la même occasion garder une limite d’âge assez large pour la diffusion au cinéma.

 

 

Il n’y a pas d’éléments de réalisation particulière dans ce film, mais là où je soulignais la simplicité de « Mathilda » j’ai l’impression que là toute la simplicité de la réalisation est là uniquement pour souligner le côté mouvant du scénario. Que ce soit l’évocation d’un souvenir, les moments de famille, les scènes de boulot, les remises en question…. Il n’y a rien qui a un traitement colorimétrique particulier (ou alors un léger sépia sur les souvenir de Norah encore à la rigueur) mais je trouve que si le film c’était montré plus expressif sur la réalisation peut être qu’on aurait pu passer à côté de toute la partie émotionnelle du scénario. Ce film évoque des sujets compliqués comme l’échec dans sa vie, la mort, les mères célibataire, la dépression, le suicide. Et personnellement je sais que j’ai ressenti beaucoup d’émotion avec le film tel quel et que ça n’aurait peut-être pas été le cas si dans la réalisation on avait trouvé des changements de couleur.

 

J’ai adoré ce film la première fois où je l’ai vu, et quand je l’ai regardé à nouveau j’ai pleuré à nouveau au moment ou Rose et Norah doivent nettoyer une scène de suicide. Quand Rose réconforte la femme de la personne qui s’est suicidée. Je dois vous avouer que certains films de ce calendrier de l’avent sont pour moi des classiques que j’ai vu plus d’une vingtaine de fois et donc je me suis permis de sauter des passages mais ce film, j’avais juste envie de le voir encore une fois en entier, dans les moindre scène. C’est clairement une découverte que je ne regrette pas, que je me permet de conseiller au plus grand nombre. Alors oui ce n’est pas joyeux, ce n’est pas une comédie, non on ne va pas rire à chaque instant mais je peux vous promettre que vous allez forcément aimer un bout ou la totalité de ce film parce que l’émotion qui s’en dégage rend les personnages attachants.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *