L’affaire SK1

Oui il est censé ressembler au flic, mais c’était dur, je voulais rien faire de gore. C’est quand même une histoire vraie donc un peu de respect s’impose

« Paris, 1991.
Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle.
Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie…Il finira au bout de 10 ans d’enquête par croiser la route du « tueur de l’est parisien ». »
(Source : Allociné)

Second film de remplacement de la liste. A la base je devais regarder “Black Dahlia” mais il n’était pas facile, à la fois très fascinant et en même temps complètement vide. Du coup on m’a gentiment suggéré de regarder le film sur l’affaire Guy Georges et je dois vous avouer qu’il m’inspire bien plus. J’aime beaucoup regarder tout ce qui concerne de véritable affaire criminelle, et notamment j’aime beaucoup la chaine youtube de Victoria Charlton qui parle beaucoup de faits divers. Bref je digresse beaucoup, rentrons maintenant dans le vif du sujet.

Je dirais que ce film est destiné aux personnes qui connaissent déjà l’histoire. Oui comme ça sans préambule je vous le dit directement, c’est un film fait pour les personnes qui savent déjà ce qu’est l’affaire SK1. Si on ne sait pas je dirais qu’on peut trop vite être perdu dans toute l’histoire et notamment à cause des flashback et des flashforward. J’aurais préféré suivre l’histoire de manière chronologique. J’arrive pas à m’expliquer pourquoi le film a été fait comme ça, je ne sais pas si c’est pour maintenir l’attention des personnes qui ne connaissent pas l’histoire et qui donc se retrouve à devoir tout suivre du début à la fin. Alors oui je sais c’est le principe même d’un film mais là, l’affaire Guy Georges c’est tellement intense et tellement un tas de bordel que c’est normal de décroché, sauf que si l’histoire suit un court logique, on est pas obligé de trop forcer sur notre petit cerveau pour suivre ou même rattraper les wagons mais là comme c’est dans le passé puis dans le présent, puis dans le passé…bah au final on fini paumé, la chronologie est indiqué dans le film mais pour suivre c’est une catastrophe. Moi qui connaissait l’histoire je me suis perdue à un moment,. De base la construction scénaristique comme ça, j’aime pas du tout, ça me perd, ça me perturbe.

J’ai adoré l’usage du glauque et du gore. Le film ne se censure pas, on parle d’un monstre qui a fait des atrocité, certaines sont montré, d’autres sont cachées. Le film ne prend pas le parti des médias qui est de tout cacher pour préserver les gens. Non là on part du principe que les personnes qui sont venu voir ce film sont consciente qu’elles vont voir des choses parfois choquante. Le film ne se cache pas et j’ai totalement apprécié. Et pourtant, il se réserve le droit de cacher certaines choses très dure à entendre. Les aveux de Guy Georges sont en parties coupée par une musique, parce qu’on sait très bien que ses propos sont durs et qu’on est à la fin, qu’on a plus besoin de toute cette dureté et tout ce glauque, on va enfin pouvoir souffler comme tous les flics. Même si niveau réalisation c’est le bordel, la tension qui se crée dans le film permet de se mettre au même niveau que les flics, on est sous tension, on veut que l’enquête soit résolue rapidement pour qu’il n’y ai plus de victime et à chaque victime supplémentaire on a autant la rage que tous les flics. C’est prenant, vraiment, on voit pas le temps passé même si le rythme est long, tout simplement parce qu’on est plongé dans l’enquête.

Le film souffre de quelques cliché je trouve, je ne sais pas si ça suit totalement toute les actions que les personnes réelles ont fait mais qu’on m’explique pourquoi dans les films français il y a toujours le petit flic qui a une affaire et qui doit réfléchir quand il est chez lui, alors il va sur son balcon qui étrangement est toujours super haut et surplombe les toits de Paris. Je veux dire, c’était joli comme scène mais bordel on l’a déjà bouffé quatorze fois c’est bon au bout d’un moment il faut trouver d’autre mécanique de tension et de drame. Se renouveler c’est important, on peut pas dire que le cinéma français soit bon là dedans malheureusement. Je ne dis pas que seul le cinéma américain arrive à se renouveler et innover mais faut quand même avouer qu’ils utilisent moins souvent les mêmes plans, c’est assez rare de retrouver un même motif à chaque fois dans chaque film policier. Mais j’arrête de râler parce que mis à part ça, je trouve que le film arrive à prendre son identité, il est pas unique en son genre mais je sais que je reverrais jamais un film comme celui-là.

C’était pas un film que j’aurais regardé de moi-même, j’aurais jamais pensé à le voir, mais je suis tellement heureuse de l’avoir vu, tellement contente parce que même si c’était un film dur, même si c’était pas un film joyeux et drôle, c’est un film intéressant. Il a une construction que je n’apprécie pas trop mais dans le fond il est plutôt bien fait. Aucun détail n’a été laissé de côté, on retrouve réellement tous les éléments de l’affaire SK1. Je ne le regarderait sûrement pas une fois de plus, je pense que c’est le genre de film qu’on va regarder mais jamais revoir mais quand bien même je sais qu’il restera dans ma mémoire. Si vous aimez les faits divers je vous conseil ce film, vraiment.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *