My cousin Rachel

 » Jeune orphelin, Philip est persuadé que sa mystérieuse cousine Rachel est responsable du meurtre de leur cousin Ambrose. Alors que Philip prépare sa vengeance, il tombe peu à peu sous le charme de sa cousine. »

(Source : Allociné)

Je me suis beaucoup ennuyée et j’avoue avoir décroché à genre 40min de la fin. Je sens que ça va être dur de traiter ce film parce qu’après visionnage je reste vraiment mitigée. J’ai pris plein de note et j’ai essayé de voir du positif dans ce film, ne vous inquiétez pas je ne vais pas être qu’une boule d’amertume, et de négativité. Je tiens à dire également que je voulais voir la version de 1952 mais je ne l’ai trouvé qu’en VO, dans une qualité bof pour pas être strike par youtube. Donc mon avis ne concerne que le film de 2017.

Le film s’ouvre sur une narration qui me rappelle certains masterpiece classic Jane Austen, c’est à la fois sympathique et en même temps ça m’a un peu déçu que la forme du film soit peu différente de ces téléfilm guimauve et romantique. Tout se fait de la voix du héros, qui est un peu monotone mais en même temps qui captive totalement. Seulement la présence est un peu trop envahissante et l’histoire peine à prendre un élan bénéfique pour captiver et donner l’envie de connaitre encore plus de choses de cette histoire.

Très rapidmeent on comprend le fond de l’histoire et je pense que c’est surtout à cause de la présence d’ellipse tellement mal gérée. Je sais bien qu’on ne peut pas vivre la vie d’un personnage en temps réelle et que les ellipses sont nécessaires mais là les ellipses sont en place en plein dans la présensation des personnage et finalement j’ai mis du temps à comprendre qui était qui, qui avait quel prénom et qui servait à quoi. A cela s’ajoute des lectures de lettres, de cartes, de courriers et c’est ça, je dis bien ÇA qui me fait penser à Jane Austen et notamment à “Persuasion”. Cette construction de narration à l’avantage de faire monter la tension et donner envie d’en savoir plus de s’intéresser. Dans ce film autant l’effet d’attente et de hype constante est présente, autant le fait que cela traine autant en longueur désamorce toute la dynamique donné par la présentation des personnages et des chroniques épistolaire.

D’autant plus que durant toute la première partie du film, il y a pas ou peu de musique, celle-ci laissant la place libre au dialogue (dont je reparlerais plus tard). La bande son est à peine perceptible et souvent même les bruits d’ambiances deviennent inexistant. Je ne dis pas qu’on devrait avoir un brouhaha musicale et de bruitage mais je pense que dans ce genre de film très dense, la bande son à son importance pour que le spectateur ai un fil auquel s’accrocher pour ne pas perdre pied. Là comme c’est le calme plat avec juste des dialogues, une musique en filigramme et une ambiance trop asceptisée, on fini par trouver le temps longs et par s’ennuyer.

Et chose promis chose dûe, je vais parler des dialogues. C’est très compliqué d’apprécier la teneur des dialogues et rien que pour ça je suis contente que la musique ne soit pas trop trop présente (mais elle me manque quand même la musique ok). C’est que des chuchottement, que des murmures très Austenien encore une fois et ça devient fatiguant d’essayer de comprendre tout ce qui est raconté. Je suis heureuse de ne pas l’avoir vu au cinéma finalement parce que je me demande comment j’aurais pu faire pour comprendre ce qui était en train de ce dire entre les deux héros sans avoir la possibilité de jouer avec le son du film. Je pense que l’effet premier était sûrement de rajouter du mystére et des secrets mais au final bah je crois pas avoir retenu grand choses des dialogues tellement c’était complexe.Cela rend l’histoire encore plus compliqué à cerner et à appréhender, je me suis même demandé si je ne devais pas prendre des notes en plus pour essayer d’avoir toute les infos pour réellement connaitre l’histoire de ce film (j’ai pris des notes mais pas dans les détails, juste ce qu’il me faut pour râler sur ce blog).

Ce film est très, trop inégale dans son déroulement, on passe d’un pic d’action dans l’intrigue à 20min de calme, un pic d’action, 20 min de calme. Au lieu de nous tenir en haleine, cela freine l’intérêt qu’il peut y avoir selon moi. Les sautes d’humeur du héros ne font que renforcer le côté “dent de scie” de l’intrigue, nous laissant uniquement rythmé par les revirement de pensée de Philip, ces derniers n’ayant pas de sens ni même de logique. Son côté colérique, exigent et capricieux fini par lasser et donne envie de quitter le film sans même avoir le dénouement. Les 40min de fin de film m’ont semblé interminable, presque une corvée de finir ce film qui m’a semblé bien plus long que 1h46.

Néanmoins ont peut saluer quelques pépite de réalisation, des passages vifs et coloré qui n’annonce que de bonnes choses et des passages très sombre dans les moments de colére, de doute, d’énervement. Ce sont des petits trucs très simple mais qui reste très très efficace et permettent de contre balancer le côté trop peu travaillé de ce film selon moi. Ce n’est pas grand chose mais ce jeu de couleur et d’ambiance permet de ressentir bien plus d’émotion.

Ce film, qui a apparemment était apprécié par beaucoup de monde si j’en crois sa note sur seriebox, ne casse pas trois pattes à un canard pour moi. Je ne suis pas déçue de l’avoir regardé mais je sais que ce n’est pas un film que je pourrais revoir juste par plaisir. Les longueurs et les lacunes font que je ne garde pas un bon souvenir de ces quasi 2h de films. Etrangement je ne m’attendais pas à quelques chose de bien plus spectaculaire, mais la réalisation simpliste et le côté trop téléfilm n’ont pas réussi à me séduire. A vous de vous faire votre propre avis maintenant.


facebook
twitter

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *