My skinny sister

« Stella, 12 ans, rondelette et pas très sportive, voudrait ressembler à sa grande soeur Katja que tout le monde admire. Mais celle-ci cache un secret que Stella va découvrir et qui va bouleverser leur complicité. »
(Source: Allociné)

Je crois que ça va devenir une tradition du calendrier de l’avent d’évoquer au moins une fois un film qui a une thématique dure et de donner en prime une petite leçon. L’année dernière j’avais parlé de l’histoire de Renée Yohe à travers le film “To write love on her arms”, là je vais vous parler d’une bribe de vie de Sanna Lenken, réalisatrice et scénariste du film “My Skinny Sister”. Attention toutefois, ce n’est pas un film autobiographique mais la scénariste c’est beaucoup appuyée sur son passé pour le construire.

Ce que j’ai aimé dans ce film c’est clairement qu’il ne s’appesantit pas de détails dès le départ. On rentre dans le vif du sujet, on voit Stella, une petite fille toute pimpante et joyeuse, qui a l’air d’aimer vivre, elle est aussi très très admirative de sa soeur Katja qui est une patineuse de haut niveau, très douée, très “belle” (entre guillemet parce que j’aimerais revenir sur cet adjectif plus tard). Stella est placée en retrait, on le comprend vite et ce qu’on comprend aussi vite c’est qu’au final c’est bien plus de l’envie que de l’admiration qu’elle a pour sa soeur. Oui elle l’adore, oui elle la trouve géniale, mais oui elle aimerait aussi avoir autant d’attention qu’elle. Et rien que ça, on l’apprend dans les premières 5min, parce que le montage est efficace, parce que la réalisation fait son boulot et parce que les acteurs sont doué. La jeune fille qui joue Stella, Rebecka Josephson, n’a été choisi pour jouer le rôle qu’un tout petit mois avant le début du tournage (la précédente actrice ayant décidé de partir pour un autre rôle), je ne sais pas comment ça aurait été sans Rebecka mais en tout cas avec elle le film a la bonne dimension et on voit le bon message directement dans son jeu.

La gradation jusqu’au début de la maladie de Katja est incroyable. On voit progressivement son état diminuer. Cela commence par ses crises pour de la nourriture, comme par exemple un oeuf dur que sa soeur lui a mangé. Car pour Katja à ce moment là il fallait qu’elle mange son oeuf dur parce que ça contient peu de calorie et que ça coupe la faim et qu’il n’y a plus d’oeuf à la maison. Il y a également son obsession pour le sport, l’envie de brûler des calories, le refus de manger certaines choses (chips avec de la sauce, des repas au resto,…). Et ce qui finit de montrer l’apparition de son Trouble du Comportement Alimentaire (TCA) c’est les crises quand elle voit sa soeur beaucoup manger par exemple ou quand son secret est sur le point d’être dévoilé. Elle développe même une sorte de double personnalité, une gentille qui va toujours essayer d’aider Stella ou de lui faire plaisir. Et une personnalité plus dure, plus manipulatrice et méchante et qui n’hésitera pas à faire du chantage à sa petite soeur. On ne nous balance pas les informations d’un seul coup, non on va nous présenter les choses comme les symptômes d’une grippe qui commence à apparaître parce que l’anorexie est une maladie comme une autre.

La beauté du corps humain est trop souvent vu selon le cliché du corps parfait, mince, sans graisse, sans poil, avec des formes mais pas trop juste ce qu’il faut. Malheureusement c’est ce qui cause un certains mal-être chez les personnes en obésité ou juste en surpoids. Le bodyshaming sur les réseaux, l’image que les médias renvoie, tout cela crée des lourds complexe sur le corps, et les plus fragile malheureusement sombre dans des TCA assez sévère. Il faudrait comprendre que n’importe quel corps est beau à partir du moment où la personne est en bonne santé. Certe le surpoids et l’obésité ce n’est pas un corps sain, mais certaine personnes ont du surpoids sans pour autant être en mauvaise santé. Ainsi j’aimerais juste dire, aimez votre corps, trouvez vous beaux et belles, trouvez des qualités à vos formes, elles n’ont pas que des défauts. Mais surtout assurez vous d’être en bonne santé. De même, si vous êtes en grande maigreur, aimez votre corps, prenez soin de votre santé. Il existe beaucoup d’association pour parler des TCA, l’anorexie n’est pas d’ailleurs pas le seul trouble du comportement alimentaire. Si vous ou quelqu’un de votre entourage présente des signes de TCA n’hésitez surtout pas à en parler que ce soit a l’infirmière scolaire, vos parents, un adulte, ou aux proches de cette personne.

Bien, voilà c’était ma minute brouillon pour le body positive, peut être que le message que j’ai voulu faire passer est maladroit, peut être que vous allez le comprendre, je ne sais pas mais surtout ne le prenez pas mal, tout ce que je veux dire c’est aimez votre corps même s’il n’est pas comme celui des autres. Bref voilà voilà.revenons à nos moutons. J’ai apprécié un truc dans ce film c’est qu’on a pu voir l’émancipation de Stella, au début elle vit dans l’ombre de sa soeur, on le voit à ses tenue, sa façon d’être, sa façon de réagir fasse à l’alimentation de sa soeur (la scène où elle va jeter ses chips parce que sa soeur refuse d’en manger) et la fin où elle est elle, elle est Stella, elle a enfin sa personnalité et ça passe avant tout par le style vestimentaire, je vous laisse constater tout ça parce que j’ai trouvé ça très significatif comme image.

Pour conclure je dirais que ce film j’attendais impatiemment de pouvoir le voir, il est dans ma wishlist depuis sa sortie et depuis je le cherchais partout en vod. L’histoire était comme je le pensais, comme dans “To the bone” (qui était également dans le calendrier de l’année dernière je crois), on ne nous montre pas de guérison de l’anorexie, parce que ce n’est pas un tour de magie, et je dirais même, ce n’est jamais vraiment guérit. Beaucoup de personnes anorexique le disent elles-même, elles savent qu’elles peuvent rechuter à tout moment. Ce film ne propose donc pas de véritable guérison et personnellement je trouve ça tellement juste et tellement réel. Les personnages sont attachant, les scènes sont émouvante, certaines me choquent aussi personnellement mais je suis peut être trop sensible. En tout cas, je vous conseil de vous renseigner sur le travail de Sanna Lenken, elle a réalisé plein de court métrage sur l’anorexie et je trouve ça plutôt cool car pour une fois on ne montre pas du doigt les personnes malade en les jugeant, on les comprend.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *