Jour 1: Twister

« Les exploits quotidiens et méconnus d’un groupe de scientifiques, chasseurs de tornades du Midwest aux Etats-Unis. Jo Harding, qui a vu son père emporté par une tornade quand elle était enfant, sillonne inlassablement les routes du Midwest à la tête d’une petite équipe de météorologues, aventuriers et casse-cou, unis autour d’un même objectif : observer les tornades sur leur terrain d’élection. » (Source: allociné)

Vous savez, il y a des films, c’est genre des madeleines de Proust. Ça vous rappel votre enfance parce que vous aviez poncé la vhs (ou le dvd, on est pas touste aussi vieux) et bien moi j’ai cette sensation avec « Twister ». Quand j’étais petite j’adorais regarder ce film et surtout, j’avais envie d’être Helen Hunt, ou du moins son perso dans ce film quand je serais grande. Je pense que ça faisait facilement une bonne quinzaine d’année que je ne l’avais pas vu et quand je me suis rendue compte que je voulais changer un des films de la liste, je me suis tout de suite tournée vers ce film-là. Désolé pour ceux qui voulaient voir un article sur « True lies » mais j’ai pas réussi à le voir, c’était trop chiant, à la place vous allez avoir mon regard d’enfant sur « Twister » c’est beaucoup mieux.

Ce film, c’est un des rares films d’actions qui arrive à me tenir hyper attentive. J’ai des soucis avec l’hyperstimulation (que ce soit visuel ou auditif, quand ça explose de partout ça a plus tendance à me faire décrocher qu’autres choses). Et ce film a pour lui avantage de l’âge en fait. Il date de 1996 et à l’époque, même si on a déjà eu des merveilles de films d’actions gros budget (j’entends par là avec moult BOOM et autre explosion) et bien on a quelques choses de relativement soft, je pense qu’une grosse partie du budget est partie dans la turbine qui servait à simuler les tornades, et ce n’est pas si idiot, c’est la base du film, et pour l’époque faire une tornade de synthèse ça aurait pu être compliqué en fait (enfin à mon sens….j’ai vu le magicien d’oz et je me base sur ça pour réfléchir vous voyez…). Donc on oublie les gros boom, même si à certains passage de tornade on en a parce que forcément, une tornade ça dézingue tout sur son passage sans exception, mais rien d’abusif et je pense que c’est ce qui me plait le plus dans le film.

On peut aussi constater qu’on n’a pas une surenchère du gore et du sanglant. On aurait pu avoir moult morts horribles, des corps déchiqueté, du sang et des larmes mais à la place je crois qu’il y a 4 morts à tout casser (en vrai je dirais entre 2 et 6) mais on des morts que je qualifierais d’anecdotique en fait. On a pas d’étalage de scène de morts sanglante et trainante, personne n’est là avec une pelle à neige dans le cœur en train de dire « je vais mourir Timothée » et Timothée qui répondra « mais non John, tu vas vivre » alors qu’il sait pertinemment que non, John va mourir, on le sait touste, ça sert à rien de lui mentir. Le film est plus cool en ce sens c’est que du coup, il est accessible aux enfants finalement, on n’a pas ce côté sordide et glauque que certains films d’actions actuels peuvent avoir. C’est pas trash, c’est limite mignon parce qu’on a un fond de romance à la fois chou et complètement frustrant (faut regarder le film pour comprendre la frustration). Le scénario et la réalisation de ce film font que finalement on a un bon équilibre entre les phases rythmée de chasse à la tornade et les phases plus calmes, plus sentimentales, plus douces, où on apprend des choses sur le passé et sur l’évolution des personnages. C’est rare a trouvé cet équilibre en fait et ce film réussi haut la main à mon sens.

Le seul truc dommage à mon sens, c’est la surenchère de tornade qui tombe au bon moment, au bon endroit. Je vais comparer bêtement ce vieux film avec un autre qui est sorti plus récemment, « Blackstorm », qui est également un film sur les tornades mais là on se concentre plus sur une tornade qui vient retourner une ville pendant une journée et pas « hé il y a une tornade…Ah non il y a plus….ah elle est là maintenant…ah à plus….ah là… ». Dans « Twister » on dirait que les tornades attendent les héros pour apparaitre et en plus elles vont toujours dans la direction opposées des « méchants ».  C’est tellement dommage en fait parce qu’on perd pas mal le côté « chasse à la tornade » comme on peut le voir en vrai, ils n’ont pas besoin de chercher où va être la tornade (à part au début du film) parce qu’en fait elles arrivent toujours sur leurs routes à quelques mètre d’eux.  A mon avis, ça tue le scénario plus que ça ne le sert, on perd un peu le déroulé de l’histoire fluide au profit du spectacle de tornade et du frisson de « vont-ils s’en sortir ».

On est quand même sur mon petit film d’enfance, je ne sais pas pourquoi je ne l’avais pas revu plus tôt parce que vraiment, je suis fan. J’ai dû mal à lui trouver des défauts. Ou plutôt, j’ai du mal a pointer les défauts du doigts pour la simple et bonne raison et que j’ai l’impression de faire un doigt d’honneur à mon enfance et j’aime pas ça. Même si la réalisation et le scénario sont pour moi des petites pépites, je pense qu’on peut quand même shame un peu les tornades abusées qui se suivent, le fait que nos héros s’en sortent toujours sans aucun souci. Je veux dire, et attention spoil, quand la maison de la tante de Jo est défoncée par une tornade, ils rentrent dedans, ils vont sauver la tante, et ils arrivent même à sauver le chien et sortir avant qu’elle s’effondre. On a une espéce de supériorité de nos héros qui font que rien ne leurs arrive, ils ne sont jamais inquiété par leurs agissement et ne paye jamais le prix de leurs actes…MAIS ça reste un très très bon film que vous devez voir si vous ne l’avez jamais vu ou le revoir si vous le connaissez déjà. Croyez-moi, vous ne serez normalement pas déçu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *