Jour 10: Le Mans 66

« Basé sur une histoire vraie, le film suit une équipe d’excentriques ingénieurs américains menés par le visionnaire Carroll Shelby et son pilote britannique Ken Miles, qui sont envoyés par Henry Ford II pour construire à partir de rien une nouvelle automobile qui doit détrôner la Ferrari à la compétition du Mans de 1966 »
(Souce: allociné)

Vous allez dire que je le fais exprès, je le sens au fond de moi, mais je n’aime pas l’acteur principal de ce film, à savoir Christian Bale. Bon, on est loin de l’effet Tom Cruise quand même (à savoir que lui m’agace vraiment) mais j’ai du mal à lui trouver une quelconques qualité d’acteur (mis à part dans batman). Mais bon, heureusement qu’on ne résume pas à un film à son acteur principal, sinon je peux vous jurer que dans l’industrie cinématographique il n’y aurait pas beaucoup de film de qualité. « Le Mans 66 » a atterrit sur la liste à défaut d’autres choses en réalités donc excusez-moi si j’en parle durement mais dites-vous bien que si j’avais eu d’autre choix, je ne l’aurais certainement pas regardé.

Les films de voiture, que ce soit des rodéos sauvage à la « fast and furious » ou encore « la coccinelle » je peux vous dire très très clairement que ça ne m’emballe pas des masses. J’ai dû mal à trouver un intérêt autre que la contemplation de véhicule et l’atmosphère ultra virile. Mais dans « Le Mans 66 » on a toute une phase ultra historique, tout un petit lien avec une autre époque, une histoire, un fait marquant dont en réalité, quand j’ai commencé ce film, je n’avais aucune idée. Heureusement qu’au moment du visionnage j’étais accompagnée de la meilleure personne au monde qui m’a expliqué tout en détail et fait attention à ce que pour moi, cette histoire soit accessible et compréhensible. Mais ceci veut dire une chose, si vous n’avez pas connaissance de cette histoire, pour vous ce sera un bête film de voiture, qui se passe au 24h du Mans. Et je ne sais pas si réellement le film a un intérêt à être prit uniquement comme ça, parce que la plus grande force du scénario c’est de raconter des faits. Si on le rapproche de « Fast and furious » je pense qu’on peut dire clairement qu’on est loin de la contemplation des véhicules et de l’atmosphère masculine et virile, on est plus sur une ambiance un peu de légende, d’histoire et c’est ce qui me fait dire que sans savoir de quoi ça parle historiquement, on perd de l’intérêt. Il faudrait faire un panel de personnes avec un sondage complet pour savoir. Et ne comptez pas sur moi pour mettre en place ça, même si ce serait ultra kiffant, je n’ai pas le temps.

Mais en tout cas, ce qu’on peut remarquer dans ce film c’est qu’il a une fluidité dans le déroulé, rien n’est lourd ou haché, tout est fait pour servir le scénario et nous aider à avoir une bonne lecture du film. Même si, comme je l’ai souligné avant, c’est une histoire compliqué à prendre en main sans en avoir les ficelles de bases, la réalisation va être au service du scénario pour quand même proposer une lecture graphique de l’histoire. Certes on doit perdre de l’intérêt historique mais le film peut rester un très bon divertissement pour les amateurs du genre. Le seul point faible de ce film c’est l’équilibrage du son, je ne sais pas si c’est un choix ou si c’est totalement involontaire et fortuit, mais quand vous passez d’un dialogue à un volume normal à un vrombissement de voiture qui éclate vos oreilles fragiles, je peux vous promettre que vous allez grimacer un bon coup. Si c’est accidentel et un problème d’étalonnage sonore, ma foi tant pis, ça arrive et ce n’est pas le premier film qui se retrouve avec ce problème, mais si c’est volontaire je ne sais pas si c’est fait pour rendre les scènes plus immersive ou alors pour faire jouir des oreilles tous les mécanophiles du monde entier. Dans les deux cas, mes petites oreilles chastes n’ont pas apprécié et je me suis retrouver à jongler avec le son à plusieurs reprise.

A ce jour, sachez que pour moi des rôles et des personnages restent totalement obscure et sans sens, je pense notamment à Matt Damon, qui était incroyable mais dont je ne sais toujours pas le rôle et l’importance qu’il a dans l’histoire ou encore la chiée de mec en costard qui ont sûrement un intérêt mais je n’ai pas compris (et quand vous avez passé la moitié du film à recevoir un cour magistral sur le Mans, croyez-moi, vous n’allez pas demander ça en plus). Je ne sais pas si c’est le scénario apporte cet effet brouillon, car on nous balance plein d’infos au début et ensuite queudale et si comme moi vous avez une mémoire un poil moisie, alors vous allez vite oublié les noms de tout le monde. D’ailleurs si je dis « le rôle de Matt Damon » ou « Le rôle de machin truc » c’est avant tout pour ça, personnellement je n’ai retenu aucun nom ni prénom. Sans parler de personnages totalement neutre et vide, en fait c’est même un trop plein de personnages, qui je pense sont utile, mais qu’on nous présente trop rapidement sans insister ce qui fait qu’il ne laisse pas une trace mémorable dans notre esprit. Si on ne connait pas l’histoire de départ, on ne retient pas le rôle de chacun ni leurs nom et c’est avant tout le problème.

Je reste quand même heureuse d’avoir découvert ce film parce que j’aime apprendre des choses historiques, et là c’était totalement le cas. Sans parler de grande avancé de l’homme dans l’histoire, je pense qu’on peut parler d’un fait historique qui a une petite importance dans le cœur de certains. C’est dur de ne pas spoiler un film comme ça, surtout que quand c’est inspiré de fait réel, je me dis qu’il y a pas de spoil possible (mais bon je ne veux pas me faire taper non plus) mais en tout cas je ne peux que vous encourager à le voir, personnellement je l’ai trouvé assez intéressant et assez bien. J’irais pas le revoir encore une fois je pense parce que c’est pas le genre de film doudou qu’on regarde en boucle, mais ça reste un film sympathique à voir une fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *