Jour 19: Mystic River

« Jimmy Markum, Dave Boyle et Sean Devine ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu’au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement.
Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s’engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d’épouser Celeste.
Une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie, la fille de Jimmy, est retrouvée morte au fond d’un fossé. Le père endeuillé ne rêve plus que d’une chose : se venger. Et Sean, affecté à l’enquête, croit connaître le coupable : Dave Boyle… »
(Source: Allociné)

En voilà un film qui ne fait pas envie quand on lit le résumé et qu’on voit l’affiche, je pense que je l’ai repoussé jusqu’à la fin pour cette raison en fait. Je n’avais pas envie de le voir, enfin si en vrai sinon il n’aurait pas été sur cette liste, mais pas particulièrement parce qu’en vrai un truc dans le synopsis me disait de fuir lâchement. Finalement je me suis accrochée vous avez vu, je ne l’ai pas échangé pour un autre film alors que j’aurais juste pu.

Faut quand même que quand on lit le résumé, on dirait que tout est joué avant d’avoir lancé le film, qu’il n’y a plus aucuns enjeux à le regarder et qu’on ne découvrira rien de plus. Alors déjà faut avouer que ce résumé est mal torché, enfin je ne sais pas qui a bossé dessus mais résumer un film comme ça, ça ne devrait pas être permis je pense. Le scénario était bien plus complexe et bien plus complet que ce que ce résumé veut laisser entendre en réalité. Déjà toute l’intro est tellement essentielle mine de rien, en réalité c’est comme si le film nous avait mis le pivot dès le départ, comme si on avait la charrue avant les bœufs mais là ce n’est pas vraiment péjoratif en fait. Je ne saurais pas dire pourquoi mais c’est une bonne chose, genre, je ne sais pas si on aurait eu le même effet avec un flashback qui raconte ça au milieu du film, personnellement j’aurais vu ça comme une justification ponctuelle. Alors là c’est bien une justification l’enlèvement de Dave, mais en l’ayant en intro on a plus une justification comme un lore vous voyez. Et en plus ça rend la compréhension du film bien plus simple et plus sympathique je trouve. Je n’avais qu’une crainte, c’est qu’on nous fasse des flashback sur cet évènement tout le long du film, alors je peux vous dire qu’il y en a mais mine de rien c’est tellement minime que personnellement ça ne m’a pas dérangé.

L’histoire ne nous laisse vraiment aucun espoir. Personnellement pour la fille de Jimmy, j’ai espéré tout le début du film qu’en fait elle ne soit pas réellement morte et je suis au regret de vous annoncer que le résumé n’a pas menti sur ce sujet. Mais c’est tellement dur comme info et c’est amené si durement que personnellement ça m’a fait l’effet d’un coup de poing dans le bide. On se doute bien qu’on ne va pas regarder un film tout gentillet et tout mais clairement je m’attendais à plus de force dans le traitement de tout ça et surtout dans « l’annonce » de la mort de Kathy. Certes ce passage tire un peu en longueur et tout et on attend qu’une chose c’est qu’ils retrouvent le corps rapidement mais ils auraient juste pu mettre les formes, mettre un peu de douceur dans ces passages là pour justement permettre au spectateur de mieux digérer la nouvelle je trouve. Là on se retrouve vraiment comme les parents de la jeune fille, perdu, en colère et on n’y croit pas. Je ne sais pas si c’est l’effet voulu mais personnellement j’aurais aimé quelques choses de différent. Après c’est sûr que du coup on rentre tout de suite dans toute la tension du film, on n’a pas de temps de répit, le film ne nous ménage pas et n’est pas là pour être gentil, c’est acté on va avoir une histoire horrible sous nos yeux et ça s’en ressent de ouf.

Les personnages sont à mon goût un poil stéréotypé, genre (je dis beaucoup « genre » non ?)  on a le gros dur Jimmy, le fonceur mais posé Sean et le plus « faible » Dave et c’est ça du début du film jusqu’à la fin. On a le bien, le mal et le milieu, ce qui est plutôt du côté du bien qui est tellement faible de caractère qu’il pourrait tomber dans le mal rapidement. C’est concrètement le schéma classique de toutes les bandes de pote au cinéma. Je ne sais pas si dans une charte des scénarios du monde entier mais vraiment c’est une construction tellement récurrente que je n’arrive pas à en trouver une autre, je n’ai pas d’exemple différents. Et personnellement ça me frustre que ce soit encore une fois une bande de copains ultra clichés parce qu’on aurait pu avoir des caractères tellement plus différents vu l’environnement dans lequel ils évoluent. Je veux dire, ils viennent d’un quartier un peu pauvre j’ai l’impression, ça aurait pu être une bande de gamin des rues avec un caractère de merde ou des petites racailles. Mais là je ne sais pas, on a des caractères tellement lisse que ça colle pas forcément.

Mais globalement vous savez ce qui m’a le plus perturbé, c’est que le film visuellement je l’aurais rangé dans les années 1980. Je l’ai regardé en bonne qualité et pourtant j’avais quand même cette impression de vieille bande, de vieux film avec de vieille images et pourtant il date de 2003. Donc je ne sais pas si c’est un souhait au niveau de la réalisation ou si c’est juste que le film a mal vieilli mais si on retire tout le côté « vieillot » pas ouf (parce que oui là c’est pas soigné…je ne sais pas comment dire) bah ça donne une ambiance. Je dirais que 90% de la tension de ce film vient justement de ce grain d’image un peu usé, un peu vieux. On se croirait devant un vieux film policier ou une vieille série genre « Colombo »  et ouais c’était cool les 20 premières minutes mais moi après j’avais envie de voir un film policier qui date des années 2000 quoi, donc un peu plus propre au niveau de la bande. Mais ça je pense que globalement c’est purement et simplement de l’appréciation personnelle et que j’ai des critères esthétique foutrement merdique comme personne.

C’est un film à voir, je comprends pourquoi j’en entendais souvent parler et qu’on me vantait les mérites de ce thriller, c’est clair comme de l’eau de roche. L’histoire est captivante, j’ai mené l’enquête en même temps que les personnages, genre vraiment, dès que j’avais un doute sur un personnage j’espérais qu’on en parle, qu’on passe à lui et qu’on en sache plus et bizarrement le film allait dans ma direction. On oriente nos façons de pensées dans ce film et on nous donne des réponses en fonction de ces orientations et personnellement je trouve ça excellent. Ça reste une histoire triste, j’ai pas pleuré mais la détresse d’un père qui perd sa fille c’est hyper touchant je trouve et je trouve également qu’on ne néglige pas cet aspect-là en mettant surtout en avant des hommes ultra viril (alors que clairement l’émotion ce n’est pas leurs fort). Bon par contre je trouve ça toujours un peu dommage quand le titre du film est justifié à 2sec de la fin et à fortiori là en fait, ça n’avait pas forcément lieu d’être je trouve mais bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *