Jour 22: Edward aux mains d’argent

« Edward Scissorhands n’est pas un garçon ordinaire. Création d’un inventeur, il a reçu un cœur pour aimer, un cerveau pour comprendre. Mais son concepteur est mort avant d’avoir pu terminer son œuvre et Edward se retrouve avec des lames de métal et des instruments tranchants en guise de doigts. »
(Source: Allociné)

Je fais partie de ces gens qui sont absolument fan de Tim Burton, il a une esthétique que j’affectionne particulièrement et qui pour moi apporte autant de poésie que le contenu du scénario. Je me suis fait initier au cinéma de Burton hyper jeune et avec ce film, « Edward aux mains d’argent ». Alors je vous passe l’angoisse de mes parents, aka que je fasse des cauchemars où un mec avec des mains ciseaux vient chez nous (ce qui n’est pas arrivé) mais c’était une première découverte incroyable, c’est un film qui m’a marqué et qui me marque encore.

Je l’ai vu toute jeune et je l’ai revu il y a deux mois de ça parce que c’est un de mes films doudous, je me sens bien quand je le regarde, j’ai plein d’émotion qui m’arrive dans la gueule en permanence parce que ce film est d’une poésie sans nom jusque dans sa réalisation, le traitement de l’image et des couleurs. Pendant longtemps, j’ai cru que ce côté ultra-coloré et tout était juste la patte de Tim Burton mais en fait plus je pense à ce film et à ce à quoi il ressemble et plus je me dis qu’on a un jeu de couleur utile à la signification de ce film. Tout est austère et dur dans le « château » d’Edward, des couleurs sombres, terne mais quand enfin on arrive dans la ville, tout est coloré et acidulée, ça va nous pop aux yeux directement. Alors deux choses, soit ça veut dire qu’on veut nous montrer le « bien » et le « mal » (dans des mesures particulière mais faut avoir vu le film pour comprendre), soit ça veut dire la signification que j’ai découverte il y a peu (ou que j’ai sur-interprété je ne sais pas), les couleurs vivent de la ville sont là pour symboliser l’enfance. Oui vous avez bien lu, je parle de l’enfance qu’Edward n’a sûrement pas connue en tant qu’invention abandonnée dans le château de la colline. Quand il redescend dans la ville, il est adopté, chouchouté et surtout infantilisé, il retourne à l’état de bébé pour évoluer rapidement en tant que jeune homme, les décors et la colorimétrie évoluant avec lui. Je ne sais pas si c’est réellement ce qu’il fallait ressentir devant ce film mais personnellement c’est comme ça que j’ai vécu les changements de couleurs dans les scènes.

C’est une histoire tellement triste en tout cas, je me rappelle qu’enfant je pleurais au début quand j’apprenais que l’inventeur était mort en laissant son protégé, et que j’étais super triste de voir ses aventures en bas de la colline, comment il était traité. Je l’ai rapproché, bien plus tard, de « Elephant man » de David Lynch. Alors je vous voir venir avec vos « mais non pas du tout les habitant l’accepte parce qu’il est mignon et tout alors que dans elephant man on le rejette » oui ok mais dans le traitement profond, Edward est différent, « difforme » et la société ne l’accepte qu’en tant qu’objet, comme John Merrick qui n’est accepté que comme objet d’étude ou monstre de foire. Minent de rien ils se ressemblent bien plus qu’on ne le croit et la construction même de l’histoire est hyper semblable. C’est une transposition plus « enfantine »  de cette histoire je trouve, et en même temps le film se démarque totalement de l’histoire John  Merrick, on n’a pas la même problématique, on a pas réellement la même histoire ni les mêmes enjeux. Là où Elephant man luttait pour sa vie et son droit à exister en tant que personne, Edward va lutter pour son droit à aimer Kim et à avoir la représentation de la famille qu’il a en étant dans la famille de Peg.

Je reste amoureuse de cette histoire année après année, ce que je trouve beau au final c’est qu’on est sur un conte de noël, tout, que ce soit le lore derrière la fabrication d’Edward, du boulot derrière la fabrique de son « père », le reste de l’ambiance dans la ville, tout parle de noël et pourtant on a toute la beauté des sentiments des protagonistes, toute l’histoire, toute la souffrance et en même temps tout l’amour qu’il se porte. Le film sait mettre ça en avant, sait le sublimer. On a pas un découpage de l’histoire ultra surprenant, on a pas de construction alambiquée ni ultra inédite mais personnellement j’aime beaucoup l’histoire. J’ai toujours eu cette impression de lire un livre de conte, c’est imagé et graduel, si on retire l’horreur des mains ciseaux, je trouve qu’on a une belle fable pour les enfants, une belle histoire bien poétique et douce. Je n’irais pas faire regarder ce film à mes enfants c’est certains mais on va dire que passer 10 ans ça peut être agréable à regarder et on peut peut-être mieux comprendre les tenant et aboutissant.

Pour conclure, Tim Burton a su prouver une fois de plus qu’il était doué pour nous raconter des histoires, nous faire rêver que l’on soit adulte ou enfant. « Edward aux mains d’argents » fais partie de mes classiques à moi, des films que je pourrais revoir en boucle, tout le temps. Bon on ne va pas se mentir, il n’a pas bien vieilli, il a même pris un sacré coup dans la gueule en réalité, on sent les années qui ont passé. Alors là je me demande en fait, si on a pas l’aspect nostalgique est-ce qu’on le trouve aussi bien ? Je ne pense pas en fait parce que déjà le fait qu’il soit vieillot ça n’aide pas je dirais et aussi le fait qu’on a des canons esthétique que ce soit visuellement  ou dans l’histoire ça va en dépayser plus d’un. Johnny Depp est  incroyable dans ce rôle, on a l’impression de voir un enfant perdu, il est touchant et j’ai eu envie plus d’une fois de le prendre dans mes bras et le serrer fort. C’est un film de mon enfance, c’est clairement un film qui est rattaché à plein de souvenir plus ou moins joyeux mais à chaque fois que je le regarde je suis transporter par une multitude d’émotion allant du rire aux larmes. Une prof nous l’avez fait étudier au lycée, revoir cette œuvre sous un œil plus pédagogique et plus analytique m’avait tellement fasciné, je pourrais vous ressortir ce qu’on avait appris, mais en réalité c’était plus de l’éducation civique donc clairement sortir ça là ce serait pas particulièrement pertinent. Je ne peux que vous encourager à voir ce film ou le revoir en tout cas, surtout en cette période de fête, je trouve qu’il est plutôt adapté et vous allez passer un bon moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *