Jour 9: A couteaux tirés

« Célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans sa somptueuse propriété, le soir de ses 85 ans. L’esprit affûté et la mine débonnaire, le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme afin d’élucider l’affaire. Mais entre la famille d’Harlan qui s’entre-déchire et son personnel qui lui reste dévoué, Blanc plonge dans les méandres d’une enquête mouvementée, mêlant mensonges et fausses pistes, où les rebondissements s’enchaînent à un rythme effréné jusqu’à la toute dernière minute.« 
(source: Allociné)

J’ai tellement entendu parler de ce film pendant toute l’année, mais c’est marrant parce que je n’en avais vu aucun visuel, bande annonce, affiche, trailer, rien juste des gens qui étaient là « oh mon dieu mais « A couteaux tirés » c’est trop bien, ouhla c’est génial » et concrètement ça me fait rarement envie ce genre de réactions parce que c’est une sorte de hype chelou et parfois ça retombe comme un soufflet parce que le film ou la série en question est pas si bien. Il y a eu le même cas récemment avec « the haunting of bly manor » qui a bénéficié de la hype soulevé par la première saison de cette série anthologique et au final Bly manor était bien en deçà de la première saison. Et bien là, j’ai eu peur que ce soit pareil, la réputation du film monté par une hype incompréhensible et au final quand on regarde on tombe de nue parce qu’il n’y a rien de bien exceptionnel. Et au final j’ai été agréablement surprise et j’ai passé un moment plaisant comme annoncé par les foules gens conquis par ce film.

Dès le départ, je pense qu’on peut rapprocher largement le film du célèbre jeu « Cluedo » (« clue » pour nos amis outre-Atlantique) et que ce soit par la thématique du meurtre à résoudre, le fait que l’intrigue se passe dans un manoir ou encore que le mort est mort mais que personne n’arrive à savoir de quoi ce mort est mort (j’ai réussi à faire une phrase chelou je suis fière). Et en prime quand on regarde les personnages et d’autant plus sur l’affiche que j’ai vu après coup, comment ne pas en rapprocher certains des personnages du jeu. Au hasard, et sans aucune preuve, je dirais que Linda Drysdale est mademoiselle Rose, Joni  Thrombey serait madame Pervenche, Richard Drysdale serait professeur Violet, Hugh Drysdale serait le colonel Moutarde. Mais autant visuellement c’est quelques choses qui se remarque autant, dans l’inconscient collectif je pense qu’on tous une personnalité bien défini pour ces personnages de jeu de société, et dans le film ce n’est absolument pas ça qui ressort.

Mais de base ils ont tous une attitude un peu absurde et étrange, totalement exacerbée et déjantée et je pense personnellement que ça vient casser un peu toute cette dynamique un peu d’enquête/thriller. Et c’est un peu ce que je trouve dommage c’est qu’on aurait pu avoir des personnages totalement intéressant, un peu tous dans le mood des personnages de Cluedo. J’ai toujours pensais que Mademoiselle Rose était une femme ultra mystérieuse, un peu genre marraine de mafia, séductrice mais pas trop, et là on se retrouve avec Jamie Lee Curtis qui joue un peu comme dans une parodie de film et personnellement j’ai été un peu déçue sur ce point au début, et ensuite j’ai compris la dimension que prenait le film, et j’ai trouvé qu’au contraire on avait un peu de légèreté de ce côté-là et que c’était plaisant.

Ce qu’on peut reprocher par contre à ce film, c’est que certain personnage ne fonctionne pas en solo, on ne les voit pas évoluer par eux même et uniquement par des dynamiques de groupe. Et personnellement je trouve ça tellement dommage. Je pense notamment aux enfants Drysdale / Thrombey qui ont des petits passages intéressant en solo mais globalement chaque fois qu’on les vois intervenir c’est constamment ensemble, ou avec un autre personnage de premier plan, et j’aurais aimé par exemple qu’on ait plus de background pour Meg Thrombey parce que pour moi elle aurait pu être extrêments intéressante . D’ailleurs ce n’est pas le seul personnage qui manque un peu de développement, et celui-là c’est encore plus bizarre c’est Hugh Drysdale interprété par Chris Evans. Déjà il arrive tardivement je trouve et ensuite, il manque tellement d’intérêt, de développement… Et c’est dommage parce que rien qu’à voir l’affiche, on comprend rapidement qu’il doit être au centre, voire pivot dans ce film mais le scénario et sa construction en tant que personnage ne lui laisse pas la place ni l’occasion d’être plus abouti et plus présent.

Le film manque réellement d’une bonne partie d’enquête de bout en bout, là on saute directement dans le sujet, on sait déjà qui est impliqué, le débunk de l’histoire, tout, et après c’est juste des petits détails qui vont s’ajouter et je trouve ça tellement triste et dommage parce que personnellement, le cluedo est mon jeu préféré, j’adore les jeux et les histoires d’enquête dans ce style, et j’aurais aimé un film plus dans le style de « 8 femmes » mais au final, on va vite en déduction, vite en information et dans le rendu, le film perd un peu d’intérêt progressivement, il manque des choses capitale et essentielle. Néanmoins, même si l’histoire aurait pu être un peu plus polish, je trouve que ça reste un très très bon divertissement. On est dans une ambiance visuelle assez incroyable, c’est vieillot, on dirait presque du Wes Anderson tellement c’est une ambiance qui me rappelle par exemple « the royal Tennenbaum ». Quand on regarde ce film on a une impression de film jaunit ou même juste de regarder le plateau original du jeu. La colorimétrie apporte beaucoup de sépia et de ton plutôt usé dans le décor et cette palette permet tout bonnement de faire ressortir les personnages bien plus coloré, à l’exception de notre héroïne qui elle va se fondre bien plus dans le paysage jusqu’à devenir finalement un peu invisible. Véritable élément de lecture de l’histoire, je trouve ça plutôt malin comme façon de mettre en valeur les détails scénaristique et de fond.

Si on devait me demander maintenant si je partage la hype qu’il y a eu autour de ce film, je dirais que non. Loin d’être un navet, je pense qu’ « A couteau tiré » reste un excellent film  et qu’on retrouve à l’intérieur plein de pépite idéal pour passer un bon moment. Qu’on parle du caste, de l’ambiance visuelle, de la réalisation ou encore de l’histoire, rien n’est de trop et rien n’est à jeter, par contre là où je ne peux pas partager la hype c’est qu’il y a de gros manque, de grosse lacune qui, si on pouvait y pallier en rajoutant des bouts, rendrait le film encore meilleurs, bien plus intéressant et abouti. Je n’ai pas regretté de l’avoir vu et on ne peut pas dire que j’ai perdu du temps, j’avais, je pense des attentes un peu hautes ou alors je me suis laissée avoir par l’engouement  qui clairement portait aux nues le film dès le départ. Si comme moi vous vous attendez à un cluedo en film, je pense qu’il vaudrait mieux regarder directement le film « clue » qui là est littéralement un cluedo du cinéma mais  là je dirais qu’on est plus dans une ambiance « arabesque » sans trop de prétention et sans grand enjeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *