Le harcèlement scolaire dans les teenmovies

On ne va pas se mentir ou feindre couillonnement de ne jamais avoir vu un film où il y a du harcèlement scolaire en tant que rebond de l’histoire ou élément déclencheur. Je ne parle bien sûr pas de film comme “Cyberbully” ou “Elephant” (qui évoque, avec le drame qu’il en découle, le harcèlement scolaire). Malheureusement, dans beaucoup de Teenmovies, le harcèlement scolaire est souvent un tremplin pour l’histoire, c’est soit ce qui va provoquer le changement dans la manière d’être du héros, soit ce qui va “vaincre” l’ennemie du héros. C’est devenu un mécanisme tellement utilisé qu’il est normal et que je me suis rendue compte en préparant cet article qu’il faut beaucoup y réfléchir pour enfin se rendre compte que “oui dans cette comédie que tu adore avec ces deux acteurs que tu adore, il y a, à un moment donné, du harcèlement scolaire”.

Il y a donc deux cas de figure en ce qui concerne le harcèlement scolaire dans les films pour adolescent. Soit le héros en souffre, soit c’est la réponse absolue à l’antagoniste et parfois c’est même les deux en même temps et parfois c’est même la seule réponse contre l’antagoniste. Le harcèlement en tant que moteur du héros, en tant que définition du héros, c’est une mécanique que je trouve à la fois intéressante et en même temps je trouve ça terriblement déplacé. Prenons comme exemple le film “DJ Rebel” de Peter Howitt et programmé à la base pour Disney (et oui les films disney, croyez moi c’est un réservoir a exmeple). L’héroïne se fait harceler, mal-menée, elle sort de sa coquille uniquement quand elle devient DJ Rebel car là elle se fait aduler et non pas bully. Sauf que, pour que ce harcèlement s’arrête, Tara/ DJ Rebel, doit “absorber” la personnalité qu’elle s’est créer à travers son rôle d’animatrice. Alors soit on prend le contre-pied et on se dit que la personnalité du DJ c’est sa vraie personnalité, ce qu’elle a toujours été et ce qu’elle sera toujours, soit on se rend compte que finalement elle doit devenir quelqu’un qu’elle n’est pas. Et ce n’est pas un film isolé, en réalité on retrouve cela dans plusieurs film, et dans beaucoup de film de disney d’ailleurs, c’est une mécanique courante que l’on peut voir dans “Breakfast club” avec Allison qui se sent obligée de changer après les remarques des autres sur son comportement, “Nerve”, “The duff” ou “Elle est trop bien” où l’héroïne va changer tant physiquement qu’au niveau de son comportement en réponse au harcèlement et afin de rentrer dans la norme.

Le problème, c’est que dans la vie on se sent forcément obligé de rentrer dans un moule, et encore plus dans le milieu scolaire et ces films renforce cet aspect de la vie. Là où on pourrait regarder un film pour s’évader de ce genre de comportement, on se retrouve en face de la même situation même dans une sphère de divertissement. De plus c’est rarement correctement exposé. Dans les films, une fois que l’héroïne ou le héros à changé pour rentrer dans les codes aussi bien dans le style vestimentaire, au niveau de son corps, que dans sa façon d’être, de mener sa vie, de parler…le harcèlement va s’arrêter net, la morale de l’histoire c’est bêtement ça, change, tu aura le mec/la fille que tu veux, tu aura pris ta revanche. En réalité, ça ne se passe pas comme ça, surtout ça ne se passe pas aussi rapidement et surtout ce n’est pas une solution. Là où la vraie solution est de punir les personnes qui nous harcèle, les films pour adolescent ont plutôt tendance à vous dire de vous plier aux harceleurs, à leurs exigence, de changer ce qu’il fait que vous n’êtes pas accepté. Je prend l’exemple tout simple dans “Easy girl”, Brandon est homosexuel, il se bat avec un autre élève puis finalement contact Olive car “rentrer dans le moule permet de ne pas être harcelé et d’être invisible”. De même, on peut voir dans ce film que Olive ne contredit pas Ryannen car pour une fois elle va rentrer dans ce moule aussi, elle va devenir un fille normal qui a couché, qui a une vie, mais c’était sans compter le fait que cela va lui échapper et qu’elle va finir par subir un harcèlement à cause de cela, les élèves du lycée voulant par exemple qu’elle se fasse exclure ou encore lui disant qu’elle ira en enfer pour cela. Dans ce film on a une bonne exposition du harcèlement scolaire; de ce qu’il implique mais on aussi une bonne réponse de la part d’Olive à la fin, sa vie, c’est sa vie, elle en fait ce qu’elle veut et personne n’a voix au chapitre à ce sujet. 

Bon par contre, dans “Easy girl” on a une vision très bisounours de tout cela, car une fois qu’Olive a expliqué que sa vie ne concernait qu’elle, tout le monde comprend et le harcèlement s’arrête, or dans la vie le plus souvent, tant qu’il n’y a pas de sanction, il n’y a pas d’arrêt du harcèlement et c’est pour cela que le signaler, en parler rester important. C’est aussi pour cette raison qu’il ne faut pas tomber dans la spirale du harcelé harceleur, seulement le cinéma pour adolescent n’est pas fait pour vous aider à ce sujet car quand le film ne montre pas uniquement le harcèlement au point de se plier aux demandes du harceleur, il montre que si on veut arrêter d’être harcelé, on doit nous même harceler le harceleur, ce qui est je pense la pire réponse à cette situation.

Quand on voit des films comme “Mean girls” où le gros de l’histoire c’est “unetelle harcèle toute l’école et tiens même un cahier où elle recense tout les ragot, tous les détails sur lesquels elle harcèle les autres élèves, et pour se venger, la nouvelle venue et ses amis vont décider de la harceler à son tour”. C’est dangereux comme représentation. Soit vous allez trouver que Regina Georges et son burn book c’est trop drôle et vous allez être tenté de faire la même choses dans votre collège, votre lycée…, soit vous allez être du côté Cady Heron et vous allez vouloir vous venger de vos harceleur en leurs faisant vivre un enfer à base de piège et autre rumeur. Faire se sentir mal quelqu’un, lui faire perdre confiance, le traîner plus bas que terre, ce n’est pas drôle, ce n’est pas du divertissement et c’est dangereux. Et là on tourne ça a l’humour et ce n’est pas le seul film à faire ça, on peut parler par exemple de “wild child” où la petite fille riche va ridiculiser perpétuellement la personne qui la harcèle.

Ce genre de représentation est dangereuse et horrible, on parle de divertissement qui vont vous apprendre que “oui c’est ok de poster une photo “dossier” de la personne qui vous harcèle, parce qu’elle vous fait du mal aussi” ou encore que “lui gâcher la vie c’est bien parce qu’elle est méchante”. Alors qu’en réalité, le harcèlement, personne ne le mérite, que l’on soit un agneau ou une horrible personne, c’est quelques chose qui ne devrait pas exister et encore plus dans le milieu scolaire mais là à travers ces films et leurs mécanique narrative, on a une forte banalisation du harcèlement et de la vengeance qui peut en découler. Ce n’est pas propre au film de harceler ou de violenter pour se venger. Beaucoup de personne harcelée avoue après coup avoir répondu par la violence ou par le re-harcèlement. De même beaucoup de harceleur sont d’ancien harcelé. Cela n’excuse rien et ne rend pas particulièrement la chose normale, mais en le montrant dans des films, en le mettant en scène il y a une sorte de normalisation de ce genre de comportement. Surtout que le héros gagne tous à réagir comme ça, il a la personne qu’il aime, le méchant n’est plus méchant avec lui et/ou avec tout le monde, la vie est belle et les oiseaux chantent.

Quand on parle de harcèlement dans les films, c’est soit pour faire du choc à la “cyberbully” ou autre, soit pour faire du divertissement qui fait rire tout le monde en mode “ahaha elle à poussé la méchante dans les escaliers, trop drôle”. Quand c’est présenté de façon sérieuse on retient peu, on en parle à la sortie du film, quand on tombe dessus mais ce genre de film rentre moins dans les références culturel que “mean girls” ou “la reine du bal”. Combien actuellement idolâtre totalement “mean girl” au point de fêter le 3 octobre (en ref à une réplique du film) ? Beaucoup sûrement. Combien on regardé “HighSchool musical” en se disant que “c’est bon Sharpay est juste un peu méchante” ? Sûrement beaucoup. Et voilà qui montre qu’on est tellement habitué à voir du harcèlement, qu’il soit physique ou moral, dans des oeuvres de fiction à but humoristique que pour nous ça devient normal, on ne le remarque plus. Je ne vous jette pas la pierre, honnêtement pour chaque catégorie, j’ai du remettre en question pas mal de film, j’ai fais des découvertes sur d’autre, j’ai appris. Ce ne sont pas des films que je vais renier, que je vais supprimer de ceux que j’aime ou que je vais arrêter de regarder (genre “easy girl” je l’ai vu que 10 fois, c’est pas assez). Je pense juste que maintenant il y a cette prise de conscience concernant le contenu, la tournure des choses. L’industrie du cinéma dénonce, mais l’industrie du cinéma banalise également, le harcèlement scolaire n’est qu’un des comportements toxique rendu normal à travers le cinéma. Mais là où c’est d’autant plus grave, c’est que ce genre de film sont destiné à de jeunes personnes, encore en construction, encore scolarisé, qui vont peut être se reconnaitre dans un personnage et donc avoir un certains mimétisme de comportement. Alors attention, je ne dis pas que les films rendent violent, méchant, font de vous des harceleurs, c’est comme pour les jeux vidéos, pour un esprit sain, en bonne santé et de bon repère, ce ne seront que des oeuvres de fiction, mais pour une personne fragile mentalement, sensible, en décrochage avec la réalité, cela peut devenir une bombe à retardement, un appui, une image à suivre, un modèle à atteindre, un exemple de choses à faire.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes victime de harcèlement, n’hésitez pas à en parler. C’est en parlant que les choses avances. Vous pouvez aller voir un adulte (principal, surveillant, CPE, infirmière scolaire, vos parents) mais vous pouvez également vous tourner vers le site si dessous qui référence des informations. Ce n’est pas aux victimes d’avoir honte et peur, c’est aux harceleurs ressentir ça, un honte d’avoir agit comme cela, et une peur de ce qui peut être légalement appliqué et non d’une quelconque vengeance. Prenez soin de vous, et j’espère que cet article sera moins brouillon que dans mon esprit.

Ici le site gouvernemental pour vous aider avec le harcèlement scolaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *